Vous êtes ici : Guide de l'assurance pour animaux de compagnie > Assurance Chat > Les maladies du chat > La leucose féline : symptômes, traitement et prévention

La leucose féline : symptômes, traitement et prévention

La leucose féline : symptômes, traitement et prévention

La leucose féline est une maladie très contagieuse et malheureusement mortelle dans la grande majorité des cas. Souvent confondue avec le sida du chat, elle s’attaque au système immunitaire de l’animal et le rend sensible à de nombreuses maladies et infections, même bénignes. Un chat atteint peut être porteur sain, donc non malade mais contagieux, ou bien malade et déclarer la maladie. À ce jour, le seul traitement possible consiste à soulager les symptômes au fur et à mesure de leur apparition, car il n’est pas possible d’éviter, à terme, le décès de l’animal.

Les caractéristiques de la leucose féline

La leucose féline, ou FeLV, est une maladie virale qui, comme son nom l’indique, touche les chats. Malheureusement très grave, elle est souvent confondue avec le FIV, ou sida du chat, en raison de leurs grandes similitudes. Toutefois, la leucose peut être prévenue par une vaccination annuelle et il ne s’agit pas d’une maladie auto-immune. Cette vaccination est indispensable, car elle est à ce jour le seul mode de prévention de la maladie existant.

La maladie se transmet entre chats, mais elle ne peut toucher les chiens ou l’homme, bien qu’elle ressemble au sida humain. Très contagieuse, elle se transmet par contact direct avec des sécrétions comme la salive, l’urine, le liquide lacrymal, le sang, mais aussi par la reproduction, l’allaitement et lors de la gestation de la chatte. En effet, une mère peut transmettre la maladie à ses petits lorsqu’ils sont dans son ventre, ce que l’on nomme la contamination transplacentaire.

Si la maladie est très contagieuse, le virus, nommé virus leucémogène félin, est en revanche peu résistant dans le milieu extérieur. Il suffit de désinfecter l’environnement du chat pour l’éliminer. Il est donc rare qu’un chat puisse être contaminé lors d’une consultation vétérinaire.

Généralement, la maladie touche les chats adultes à partir de 3 ans. En France, il semble que 5 à 10 % des chats soient atteints de leucose.

Quels sont les symptômes de la leucose chez le chat ?

Lorsqu’un chat est contaminé par le virus de la leucose féline, le temps d’incubation de la maladie, c’est-à-dire la durée entre l’infection et l’apparition des premiers symptômes, est généralement d’un à deux ans, ce qui est long ! Toutefois, il est possible que l’animal soit infecté et demeure porteur du virus sans tomber malade. Cela ne l’empêche néanmoins en rien de contaminer ses semblables, raison pour laquelle il est indispensable de se montrer prudent.

Par la suite, les symptômes observables chez un chat atteint de leucose, mais uniquement porteur sain, sont les suivants :

  • Les ganglions situés sous la mâchoire du chat se mettent à enfler.
  • Le chat perd de l’appétit, il mange peu et maigrit.
  • L’animal est fatigué.
  • Une fièvre est possible, plus ou moins importante selon les individus.

En général, lorsque le chat est porteur sain, les symptômes s’estompent d’eux-mêmes en quelques semaines. L’animal n’est donc pas malade, mais il demeure contagieux pour les autres, puisqu’il héberge le virus. En revanche, si l’animal tombe malade et qu’il développe la maladie, les manifestations de signes cliniques se poursuivent.

Voici les symptômes qu’un chat atteint par la leucose féline et malade peut développer en plus des précédents signes :

  • Une anémie et un déficit en globules blancs et globules rouges en raison de l’infection de la moelle osseuse.
  • La formation de tumeurs dans son organisme.
  • Une immunodéficience, qui est une fragilité du système immunitaire du chat, alors incapable de se défendre seul contre les maladies et infections, mêmes bénignes.

Le chat est alors extrêmement fragilisé. Il peut être atteint pour n’importe quelle maladie, ce qui entraîne des gingivites répétées, des stomatites, des lymphomes, des leucémies, le coryza, une insuffisance rénale, etc.

Lorsque vous constatez les premiers symptômes, rendez-vous au plus vite chez votre vétérinaire. Celui-ci effectuera une analyse sanguine pour confirmer le diagnostic de la maladie.

Les modes de traitement possibles de la leucose féline

Malheureusement, il n’existe aucun traitement pour soigner la leucose féline à ce jour. Lorsqu’un chat est atteint et qu’il manifeste les symptômes de la maladie, celle-ci entraînera son décès irrémédiablement. Néanmoins, il est possible de lui apporter un certain confort en traitant les différents symptômes avec des médicaments adaptés. Ceci permet de le protéger en renforçant ses défenses immunitaires, de lui apporter du mieux-être et d’éviter le risque de surinfection.

Certains vétérinaires prescrivent des séances de chimiothérapie. Ce traitement utilisé dans la lutte contre le cancer peut aider l’animal à connaître certaines périodes de rémission plus ou moins importantes. Toutefois, cette solution n’est jamais définitive et ne peut le guérir définitivement.

En parallèle, il est recommandé d’apporter au matou une alimentation saine et de grande qualité. Évitez tous les aliments susceptibles de contenir des parasites ou des bactéries, comme le poisson et la viande crus ou peu cuits, car ceux-ci risquent de le fragiliser davantage et d’accélérer la survenue de son décès.

Ainsi, malheureusement, jusqu’au décès du chat, il ne sera possible que de soulager les différents symptômes et maladies qui se manifesteront pour lui apporter un peu plus de confort au quotidien.

La prévention de la leucose féline

Il est tout à fait possible de prévenir la leucose féline et la seule méthode qui fonctionne à hauteur de 90 à 100 % est la vaccination. Cette vaccination est en outre dénuée de tout effet secondaire. Elle se pratique annuellement, en même temps que celle pour le coryza et le typhus.

Le chat peut être vacciné à partir de l’âge de 8 à 12 semaines. La première année, le vétérinaire lui fait deux injections espacées de trois à quatre semaines. Par la suite, un simple rappel annuel est suffisant. Il est en revanche conseillé de bien respecter un délai de 12 mois entre les rappels pour que la vaccination demeure efficace, surtout si le chat sort quotidiennement et qu’il risque d’être au contact d’animaux malades.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Comparateur Assurance Animaux
En moins de 3 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience !

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : y5Vj8T

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers