Vous êtes ici : Guide de l'assurance pour animaux de compagnie > Assurance Chat > Les maladies du chat > La myopathie chez le chat : symptômes, traitement et prévention

La myopathie chez le chat : symptômes, traitement et prévention

La myopathie chez le chat : symptômes, traitement et prévention

La myopathie est une maladie héréditaire qui provoque une importante faiblesse musculaire chez le chat. L’animal atteint présente une silhouette particulière et peine à effectuer des gestes simples, comme se déplacer, se nourrir ou faire ses besoins. Cette pathologie se manifeste généralement tôt et touche certaines races plus que d’autres. Faisons le point sur ses caractéristiques et sur les signes cliniques à observer.

Qu’est-ce que la myopathie chez le chat ?

La myopathie est une maladie héréditaire qui peut toucher le chat, mais aussi le chien. Il s’agit d’une atteinte musculaire grave qui provoque une faiblesse musculaire généralisée. Les chats atteints par la pathologie ont une silhouette particulière due à la faiblesse des muscles localisés au niveau de la ceinture scapulaire et de la ceinture pelvienne. Leur démarche est anormale dans la mesure où cela les contraint à lever les pattes excessivement haut pour se déplacer et leurs omoplates sont portées hautes. Leur nuque a tendance à s’affaisser au moindre mouvement ou lorsque le chat doit effectuer des efforts simples, comme pour faire ses besoins.

La maladie semble concerner certaines races plus que d’autres. Le Devon Rex est notamment une race de chat particulièrement touchée, de même que le Sphynx. Les symptômes sont visibles chez de jeunes chatons avant l’âge de 4 mois.

La maladie est héréditaire, mais il n’est pas encore possible d’identifier le gène responsable de son développement.

Quels sont les symptômes de la maladie ?

Les signes de la maladie sont visibles très tôt chez les chatons, puisqu’ils se manifestent dès la naissance ou lors des premières semaines de vie. Un chat atteint de myopathie féline présente une silhouette caractéristique avec une musculature affaissée, comme mentionné précédemment.

D’autres symptômes peuvent également être observés :

  • Le moindre mouvement ou la nécessité de faire ses besoins demande au chat des efforts parfois considérables.
  • Le chat peine à se déplacer et chute fréquemment.
  • La nuque du chat est excessivement penchée vers le bas.
  • L’animal souffre d’une grande fatigue qui s’intensifie davantage au moindre effort.
  • Le chat présente des difficultés pour se nourrir et pour boire en raison d’une faiblesse des muscles de son larynx et de son œsophage.
  • L’animal est plus sensible au froid et au stress. Ceux-ci peuvent aggraver ses symptômes.

Malheureusement, l’état de santé du chat se dégrade au fil des jours et des semaines, même si l’intensité des symptômes n’est pas régulière. L’animal décède le plus souvent à l’occasion d’un repas, par étouffement, ses muscles étant trop faibles pour lui permettre de déglutir correctement.

Le diagnostic de la myopathie féline

Si l’aspect général du chat permet souvent d’orienter le vétérinaire vers une myopathie, des examens complémentaires sont nécessaires pour confirmer le diagnostic. Le praticien procède généralement à des biopsies musculaires, qui sont des prélèvements de petits morceaux de muscles afin de déceler des signes de dystrophie. Il peut également pratiquer une électromyographie pour exclure une origine nerveuse de la maladie.

Comment traiter la myopathie féline ? Est-il possible de prévenir la pathologie ?

Malheureusement, il n’existe aucun traitement à ce jour pour traiter la myopathie féline. Par ailleurs, la maladie évolue différemment d’un animal à l’autre. Certains manifestent des signes cliniques très tôt, à la naissance ou peu de temps après, quand d’autres ne sont diagnostiqués que plusieurs années après, faute de signes. De même, chez certains chats, la myopathie évolue très vite, en l’espace de quelques semaines ou mois seulement. Chez d’autres, elle peut prendre plusieurs années.

Néanmoins, l’issue est bien souvent fatale. Le risque principal demeure le décès par étouffement lorsque le chat s’alimente.

Il n’est pas possible de prévenir la myopathie féline, qui est une pathologie héréditaire. Toutefois, il est conseillé de placer la gamelle du chat malade quelque peu en hauteur. En la surélevant légèrement, l’animal peut se nourrir plus facilement et cela réduit le risque de mauvaise déglutition.

 
 

Comparateur Assurance Animaux
En moins de 3 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience !

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : jhbs62

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers