Vous êtes ici : Guide de l'assurance pour animaux de compagnie > Assurance Chat > Les maladies du chat > La cystite chez le chat : symptômes, traitement et prévention

La cystite chez le chat : symptômes, traitement et prévention

La cystite chez le chat : symptômes, traitement et prévention

La cystite du chat est une infection urinaire grave qui peut provoquer le décès de l’animal sans une prise en charge rapide. Découvrez les nombreuses causes possibles de la pathologie, les signes cliniques à observer, les traitements envisageables et les modes de prévention à mettre en place.

Qu’est-ce la cystite chez le chat ?

Les humains ne sont pas les seuls êtres vivants à pouvoir être atteints de cystite, les chats le sont tout autant. Cette pathologie urinaire très douloureuse se manifeste au niveau de la vessie qui est enflammée et qui se contracte en réaction, ce qui perturbe l’émission naturelle des urines. Cette inflammation est due à une présence nombreuse de bactéries qui se multiplient de façon anormale dans l’organe.

Il faut savoir que la cystite, ou infection urinaire, est une atteinte grave à prendre au sérieux. En effet, l’appareil urinaire des chats est très sensible et toute infection de la vessie a tendance à remonter dans les reins, ce qui peut entraîner des dommages considérables et irréversibles, voire le décès de l’animal en l’espace de quelques jours à seulement quelques heures. Les mâles sont souvent les plus fragilisés et les plus gravement atteints, car leur urètre et bien plus courte et l’infection se propage plus vite que chez la femelle.

Quelles sont les causes d’une cystite ?

Les causes d’une cystite sont multiples.

  • La formation de calculs : de petits cristaux peuvent se former dans la vessie du chat et se grouper peu à peu pour former des masses plus importantes, les calculs ou cailloux. S’ils restent petits, ils peuvent s’évacuer naturellement lors de la miction, mais rarement sans douleur. S’ils sont très gros, ils se baladent dans la vessie, mais ils peuvent entraîner une inflammation de plus en plus étendue, des hématomes, des douleurs vives et des saignements. S’ils atteignent une certaine taille intermédiaire, ils peuvent s’engager dans le conduit urinaire et boucher la vessie. Le chat ne peut donc plus uriner et l’intervention doit être extrêmement rapide pour éviter que l’infection ne remonte dans les reins.
  • La cystite diabétique : les chats atteints de diabète ont tendance à développer régulièrement des cystites en raison du taux d’acidité instable de leur sang qui impacte la composition des urines.
  • L’infection bactérienne : la présence de bactéries dans la zone génitale et anale du chat peut provoquer une cystite, notamment lorsque celles-ci remontent le conduit urinaire.
  • La cystite idiopathique : ce type de cystite relève bien souvent d’un état de stress qui rend l’animal plus sensible et favorise le développement de ce type d’infection.

D’autres causes sont possibles, comme une malformation congénitale de l’appareil urinaire qui provoque des cystites à répétition, une blessure à la suite d’un choc ou d’une opération chirurgicale, ou encore la formation d’une tumeur au sein de l’appareil urinaire ainsi que certaines maladies comme l’hyperthyroïdie et l’insuffisance rénale ou hépatique.

Il est à noter que certains chats sont naturellement très sensibles et qu’ils ont tendance à développer des cystites plusieurs fois par an, sans raison apparente. Bien souvent, on incrimine l’alimentation dans ce cas. Pour éviter les récidives, ces matous devront être nourris toute leur vie avec une alimentation spécifique vendue chez le vétérinaire.

Les signes cliniques de la cystite chez le chat

Lorsqu’un chat souffre d’une cystite, plusieurs symptômes peuvent être observés :

  • Le chat ressent une douleur très intense, ce qui peut le rendre plus agité, le pousser à miauler de manière plaintive, à gémir ou à « pleurer ».
  • Très souvent, l’animal demeure prostré, il ne se laisse pas approcher et il refuse de s’alimenter. Il semble très fatigué, énervé et agacé.
  • Il effectue des allers-retours incessants vers la litière pour essayer d’uriner. Il peut faire quelques gouttes ou rien du tout.
  • Certains chats sont tellement souffrants qu’ils essayent de se soulager partout, sur un tapis, un lit, le canapé ou à même le sol.
  • Les urines émises peuvent contenir du sang et dégager une forte odeur d’ammoniac.
  • Il se lèche les parties génitales de manière répétée.
  • Certains animaux se mettent à vomir.
  • À la palpation, vous sentez une boule. C’est sa vessie qui se gonfle, car elle ne peut se vider correctement.
  • En l’absence de soins, le chat tombe dans le coma et décède.

Dans tous les cas, la cystite est à traiter en urgence. Au moindre doute ou dès l’apparition des premiers symptômes, conduisez immédiatement votre animal chez le vétérinaire. N’attendez pas, car sa survie dépend de votre réactivité et du délai de prise en charge. En effet, un animal peut décéder en quelques heures !

Le diagnostic de la cystite chez le chat

Dès que vous constatez l’apparition des premiers signes cliniques, rendez-vous chez le vétérinaire. Parlez-lui de ce que vous avez observé. Le praticien examinera votre chat et palpera sa vessie. Lorsque la miction est difficile ou impossible, l’organe enfle jusqu’à atteindre la taille d’un petit pamplemousse. Il peut le presser pour tenter d’en faire sortir un peu d’urine. Le chat est bien souvent très sensible et manifeste sa douleur.

Le vétérinaire effectue ensuite une analyse urinaire par pression de la vessie ou par sondage. Cette analyse lui permettra d’identifier des cristaux, des bactéries, des globules blancs ou encore du sang.

Il peut compléter l’examen par une analyse de sang, pour constater une éventuelle maladie. La radiographie et l’échographie permettent quant à elle de détecter la présence de cristaux et d’évaluer leur taille et leur localisation. Ces examens ont également pour atout de révéler les hématomes, inflammations et autres dégâts, mais également la présence éventuelle de tumeurs ou de malformations.

Les traitements existants pour soigner la cystite féline

Plus l’animal est pris en charge tôt, plus il aura de chance de survivre et de bien se remettre sans complications. Bien souvent, l’animal est gardé sous surveillance à la clinique vétérinaire. Il peut être placé sous perfusion pour être hydraté convenablement en cas d’insuffisance rénale.

Quoi qu’il en soit, le vétérinaire traite le chat en trois étapes : il identifie la cause de la cystite à l’aide des examens, il nettoie la vessie et il apporte du confort au chat par des traitements adaptés.

Plusieurs traitements peuvent être mis en place :

  • Les antibiotiques pour éliminer l’infection urinaire.
  • Les anti-inflammatoires et les antalgiques pour réduire la douleur et apporter plus de confort au chat.
  • L’usage d’une sonde urinaire pour évacuer les petits cristaux de la vessie.
  • Une intervention chirurgicale pour éliminer les gros calculs urinaires ou une tumeur de l’appareil urinaire.

Bien entendu, si une maladie est en cause, d’autres traitements seront mis en place en parallèle pour la soigner.

Prévenir la cystite féline : quelles sont les solutions ?

Il est tout à fait possible de prévenir les cystites et les récidives. Voici les conseils que votre vétérinaire pourra vous communiquer :

  • Votre chat doit recevoir une alimentation saine, de grande qualité et adaptée. Oubliez les croquettes peu chères des grandes surfaces et tournez-vous vers des marques de meilleure qualité, vendues chez le vétérinaire ou en animalerie et adaptées aux besoins des chats stérilisés ou ayant des troubles urinaires. Si votre animal a développé des cristaux, l’alimentation est bien souvent la cause et votre vétérinaire vous prescrira des croquettes spéciales destinées à prévenir la formation de calculs et/ou à les détruire.
  • De l’eau fraîche et propre doit être proposée à votre chat en permanence. Sa gamelle doit être lavée quotidiennement. S’il boit peu, essayez une fontaine à eau ou cédez à ses « caprices » en lui donnant à boire au robinet s’il le souhaite. Enfin, n’hésitez pas à lui proposer régulièrement de la nourriture humide, de type pâtée, pour l’hydrater autrement.
  • Assurez-vous que sa litière soit accessible et propre. Votre animal doit s’y rendre sans problème. Changez de grains s’ils ne lui plaisent pas. Si vous avez plusieurs chats, prévoyez un bac par matou.
Imprimer cette fiche   Flux RSS

Comparateur Assurance Animaux
En moins de 3 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience !

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : 4ubRRk

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers

  • Le typhus du chat : symptômes, traitement et prévention Le typhus du chat : symptômes, traitement et prévention Le typhus du chat est une maladie très contagieuse et transmise par un virus très agressif. Sans une prise en charge rapide, l’animal décède en quelques jours, voire quelques semaines. Il est...
  • Quels sont les principaux cancers du chat ? Quels sont les principaux cancers du chat ? Un chat peut être atteint de nombreuses formes de cancers. Les tumeurs sont en effet malheureusement fréquentes, qu’elles soient bénignes ou malignes, mais un cancer évoluera différemment...