Vous êtes ici : Guide de l'assurance pour animaux de compagnie > Assurance Chat > Les maladies du chat > Pourquoi mon chat éternue ? Est-ce grave ?

Pourquoi mon chat éternue ? Est-ce grave ?

Pourquoi mon chat éternue ? Est-ce grave ?

Comme chez l’homme, l’éternuement chez le chat est un geste réflexe incontrôlable que l’organisme déclenche en réaction. Le plus souvent, il s’agit d’évacuer une poussière ou un petit élément bénin, mais lorsque les éternuements se répètent et s’ils s’accompagnent d’autres symptômes, ils peuvent être le signe d’une maladie ou d’un trouble plus préoccupant. Découvrons dans ce dossier les causes les plus fréquentes des éternuements félins ainsi que la conduite à tenir dans ce cas.

Les éternuements chez le chat

Le fait qu’un chat éternue n’a rien d’alarmant en soit. Comme nous autres les humains, les chats éternuent en effet de temps en temps pour diverses raisons bénignes. Un éternuement est un réflexe que l’animal ne contrôle pas. L’air est expulsé subitement par son nez et sa bouche de manière à rejeter généralement des corps étrangers susceptibles de gêner ses voies respiratoires, comme des poussières, des parfums ou autres.

Le chat est doté de près de 60 millions de cellules olfactives au niveau de sa muqueuse nasale, contre « seulement » 20 à 30 millions chez l’homme. Très sensibles, elles se déclenchent au moindre stimulus et elles provoquent ainsi des éternuements. Il s’agit tout simplement d’un réflexe destiné à protéger les voies respiratoires de l’animal qui ont pour fonction d’humidifier et de réchauffer l’air inspiré, tout en filtrant l’air, à l’instar de barrières, pour protéger les poumons des risques d’infection.

Le nez des chats est ainsi bien plus sensible que le nôtre, ce qui peut générer des éternuements plus fréquents. Dans la plupart des cas, ces réflexes sont déclenchés par une simple perturbation telle qu’un peu de poussière, un air plus sec, un parfum, un spray, un morceau d’herbe, etc. Rien de bien méchant. Toutefois, il peut arriver que d’autres causes plus sérieuses en soient à l’origine.

Pourquoi mon chat éternue-t-il ?

Généralement, un ou plusieurs éternuements isolés, non répétés, non fréquents et non accompagnés d’autres symptômes sont bénins. Il s’agit le plus souvent d’une petite gêne que l’animal évacue de cette manière, comme nous l’avons évoqué précédemment.

Toutefois, lorsque les éternuements se manifestent de manière fréquente et avec d’autres signes cliniques, il est nécessaire de prendre le phénomène au sérieux, car cela peut signifier que le matou souffre d’un trouble ou d’une maladie.

Voici les causes sérieuses d’éternuement les plus fréquemment rencontrées.

Le coryza

Le coryza est une maladie très contagieuse chez le chat qui regroupe un ensemble de virus et de bactéries. Également connu sous le nom d’herpès virus félin de type 1, il se caractérise par un rhume et il fait partie des maladies contre lesquelles les chats sont vaccinés.

En fonction de l’agent pathogène en cause, le minet peut présenter divers symptômes, dont certains peuvent être graves. Citons notamment les éternuements, mais également de la fièvre, une inflammation oculaire (conjonctivite ou écoulements au niveau des yeux et du nez), une bronchite, voire même une pneumonie.

Une fois que l’animal a contracté le coryza, il peut en rester porteur à vie. Il se peut que les signes cliniques disparaissent subitement et qu’ils se réactivent plus tard, à d’autres occasions, notamment en cas de stress.

Une allergie

Les chats peuvent tout autant que nous développer des allergies à divers éléments du quotidien. Les poussières, les acariens, le pollen et bien d’autres facteurs peuvent être en cause. Ainsi, dès lors que leur système immunitaire est confronté à ces stimulus qui le dérangent, il peut réagir en déclenchant des éternuements fréquents.

D’autres symptômes peuvent être observés chez l’animal en fonction de l’élément déclencheur, tel que des écoulements au niveau du nez et des yeux, voire une réaction épidermique (rougeurs, démangeaisons, etc.).

Un coup de froid

Les chats peuvent tout à fait être victimes d’un coup de froid ou refroidissement lorsque les températures sont basses ou négatives. L’animal présente bien souvent des symptômes qui s’apparentent à ceux d’un rhume – dont les éternuements –, mais ils sont généralement plus légers et ils ont tendance à disparaitre d’eux-mêmes au bout de quelques jours.

La présence d’un corps étranger

Nous l’avons indiqué, un chat peut éternuer en raison de la présence d’un corps étranger dans ses narines. Poussières, pollens, graminées, herbes, gravillons, éclat de bois… les petits éléments susceptibles de se loger dans sa cavité nasale sont nombreux. Le corps déclenche alors un réflexe d’expulsion par les éternuements pour éliminer l’intrus perturbateur.

Rien de grave à cela, tant que l’élément en cause ne reste pas coincé dans l’appareil respiratoire du chat et/ou qu’il n’irrite pas les voies respiratoires et les muqueuses.

Une tumeur

Certaines tumeurs logées au niveau de l’appareil respiratoire ou de la face peuvent provoquer des éternuements chez le chat. Que ces tumeurs soient bénignes ou malignes, elles sont susceptibles de perturber les voies respiratoires et de déclencher des écoulements au niveau du nez, le plus souvent d’un seul côté.

Mon chat éternue : quand faut-il consulter le vétérinaire ?

Si les éternuements de votre chat restent des phénomènes isolés et ponctuels et qu’aucun symptôme ne se manifeste en parallèle, ne vous inquiétez pas outre mesure. Soyez vigilant, mais il n’est pas nécessaire de consulter tant que la situation n’évolue pas.

En revanche, si votre petit compagnon se met à éternuer fréquemment et s’il présente d’autres signes cliniques, mieux vaut vous rendre chez votre vétérinaire.

Voici les symptômes qui doivent notamment vous alerter :

  • de la fièvre plus ou moins forte ;
  • des écoulements au niveau des yeux et/ou du nez ;
  • de l’apathie, une fatigue générale ;
  • une perte d’appétit ;
  • une perte de poids ;
  • des troubles respiratoires.

En examinant l’état général du chat et en échangeant avec vous sur les symptômes éventuellement observés, le praticien pourra identifier une ou plusieurs causes possibles. Pour ce faire, il inspecte et il palpe la zone du nez et de la gueule de l’animal à la recherche d’anomalies structurelles de la face ou de sources d’écoulements. Une auscultation par le biais du stéthoscope lui permet ensuite de contrôler le bon fonctionnement de l’appareil respiratoire (trachées, bronchioles, poumons, etc.). Selon les sons perçus, il peut détecter la présence de liquide dans les voies respiratoires ou d’une obstruction.

D’autres examens peuvent ensuite être nécessaires pour confirmer la suspicion, tels qu’une radiographie, une échographie ou encore une endoscopie. Ceux-ci lui permettent de déceler plus aisément la présence d’un corps étranger ou d’une tumeur.

Que faire pour prévenir les éternuements des félins ?

Vous ne pourrez pas toujours éviter à votre chat d’éternuer, car comme nous l’avons vu précédemment, ce réflexe du corps peut être dû à tout un panel de facteurs, notamment des corps étrangers et poussières qui pénètrent dans la cavité nasale, voire tout simplement un air trop sec pour ses muqueuses ou un spray un peu trop irritant. Que votre matou soit un animal d’intérieur ou d’extérieur, les risques sont partout et encore plus fréquents pour ces derniers.

Toutefois, vous pouvez adopter certaines habitudes qui vous permettront de limiter le risque que l’animal contracte une maladie susceptible de provoquer des éternuements et bien d’autres symptômes.

Voici quelques gestes simples à mettre en place.

  • La vaccination : pensez à vacciner votre chat contre les virus félins le plus tôt possible et à renouveler les rappels chaque année en fonction des recommandations vétérinaires. Calicivirus félins, herpès félins, chlamydia, bordetella bronchiseptica… votre animal sera protégé de bien des sources de maladies possibles.
  • Un bon nettoyage : il est impératif de nettoyer et de désinfecter fréquemment les gamelles du chat – idéalement une fois par jour – et de nettoyer également son coin couchage de temps en temps.
  • Un isolement : si vous avez plusieurs chats et que l’un d’eux est malade, isolez-le des autres le temps qu’il soit guéri. Les rhumes et tous ces types de virus sont en effet très contagieux.
  • Le séchage : si votre animal est mouillé, séchez-le bien le plus rapidement possible pour éviter un coup de froid.
  • Une bonne alimentation : offrez à votre minet une alimentation de qualité, saine et bien équilibrée afin de couvrir ses besoins nutritionnels.
  • De l’activité : permettez chaque jour à votre chat de se dépenser, à l’occasion de sorties extérieures et/ou de séances de jeux.
  • Le vétérinaire : au moindre symptôme douteux, n’hésitez pas à consulter le vétérinaire. Mieux vaut réagir rapidement et mettre en place une solution adaptée le plus tôt possible. Ce sera le meilleur moyen de prendre soin de la santé de votre petit compagnon dans les meilleures conditions pour son bien-être, mais également de faire des économies. Une prise en charge précoce nécessite en effet généralement des traitements plus légers, plus courts et plus faciles à supporter, donc moins onéreux !
 
 

Comparateur Assurance Animaux
En moins de 2 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience !

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : hm7TgK

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers