Vous êtes ici : Guide de l'assurance pour animaux de compagnie > Assurance Chat > Les maladies du chat > La piroplasmose chez le chat : symptômes, traitement et prévention

La piroplasmose chez le chat : symptômes, traitement et prévention

La piroplasmose chez le chat : symptômes, traitement et prévention

La piroplasmose est une maladie transmise par une morsure de tique, si celle-ci a elle-même été infectée par un parasite, le babesia. Si cette maladie reste heureusement rare en Europe, elle présente un risque pour les matous, notamment les plus aventureux dans les espaces sauvages où sévissent les tiques. En cas de morsure, l’animal infecté doit être pris en charge dans les 48 heures pour éviter de graves séquelles, voire un décès. Pour éviter ces situations extrêmes, voyons ensemble les symptômes de cette maladie, le traitement existant et le moyen de prévention à adopter.

Qu’est-ce que la piroplasmose du chat ?

La piroplasmose est une maladie provoquée par un parasite, le babesia, d’où son appellation de babésiose. Ce parasite est transmis à l’animal par une morsure de tique porteuse. Dès lors que l’animal est mordu, la tique qui est infectée par le parasite transmet ce dernier en suçant le sang du chat pour se nourrir. Le parasite pénètre ainsi le système sanguin du chat et se répand dans son organisme.

Le babesia attaque les globules rouges du chat, ce qui entraine de graves conséquences pouvant mener au décès de l’animal faute de soins adaptés.

Quels sont les symptômes de la maladie ?

Si, lors de ses pérégrinations, votre chat est mordu par une tique elle-même infectée par un babesia, elle contamine l’animal en se nourrissant de son sang, puisque le parasite en profite pour pénétrer la circulation sanguine du chat et se répandre dans son corps. Une fois dans son organisme, le babesia multiplie ses cellules qui envahissent les globules rouges et les éclatent. Or, ces explosions répétées de globules rouges provoquent une intoxication du chat par la diffusion d’une grande quantité d’hémoglobine infectée dans son corps.

Dès lors qu’il est contaminé, le chat présente des symptômes spécifiques, mais plus discrets que chez le chien qui est très tôt pris de fièvre et de jaunisse. Le chat commence à changer de comportement, mais cela reste pratiquement invisible jusqu’à ce que la maladie ait atteint un stade avancé.

Les signes cliniques observés sont alors les suivants :

  • Le chat est victime d’une grande fatigue. Il bouge peu, il ne cherche pas à jouer, il reste souvent prostré et amorphe.
  • L’animal ne se nourrit plus et perd du poids.
  • Le chat souffre également de fortes diarrhées qui déshydratent son organisme.

Malheureusement, plus la maladie progresse, moins le chat est capable de produire des anticorps pour lutter contre l’infection dans la mesure où il est de plus en plus affaibli. Les premiers symptômes se manifestent généralement entre 24 heures et 4 jours après la morsure.

Quel diagnostic pour la piroplasmose féline ?

Au moindre signe douteux, il est impératif de consulter immédiatement le vétérinaire. En effet, le chat doit être pris en charge dans les deux jours après les premiers symptômes pour éviter de graves complications, voire un décès prématuré.

Pour diagnostiquer la piroplasmose, le vétérinaire effectue un frottis sanguin. Il prélève pour ce faire du sang dans le pavillon de l’oreille du chat et l’observe au microscope pour déceler le parasite dans les globules rouges. Si les résultats ne sont pas concluants ou en cas de doute, il procède à un PCR (Polymérase chain reaction) pour déceler l’ADN du babesia dans l’organisme du matou.

Comment traiter la pathologie ?

Il est possible de traiter la piroplasmose chez le chat, mais au prix d’un traitement lourd pour l’animal. En effet, la seule méthode à ce jour consiste à administrer des antibiotiques puissants par des injections régulières pour détruire petit à petit les babesias présents dans l’organisme du chat.

Si l’animal est pris en charge alors que son état de santé est grave, il peut être perfusé quelques heures ou plusieurs jours de manière à nettoyer son sang ou être transfusé.

Si des symptômes importants ont contribué à détériorer l’état de santé du chat, il peut se voir administré des antibiotiques et des anti-inflammatoires pour favoriser sa guérison.

Peut-on prévenir la piroplasmose féline ?

Malheureusement, il n’existe pas de traitement ou de vaccin préventifs contre la piroplasmose féline. En revanche, vous pouvez vérifier l’état de sa peau et de son pelage à la recherche de tiques de manière régulière.

Vous pouvez protéger votre animal en lui administrant un traitement antiparasitaire qui permettra de repousser les puces et les tiques. Ce ne sont pas des solutions miracles, mais avec une administration régulière, vous pouvez aider à réduire le risque d’attaque.

 
 

Comparateur Assurance Animaux
En moins de 3 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience !

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : wdcFbH

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers