Vous êtes ici : Guide de l'assurance pour animaux de compagnie > Assurance Chien > Les maladies du chien > L'ehrlichiose chez le chien : symptômes, traitement et prévention

L'ehrlichiose chez le chien : symptômes, traitement et prévention

L'ehrlichiose chez le chien : symptômes, traitement et prévention

L’ehrlichiose est une maladie infectieuse transmise par les morsures de tiques brunes lorsque celles-ci sont infectées par la bactérie Ehrlichia canis. La pathologie entraine une infection du sang qui se manifeste au travers de plusieurs phases d’évolution et divers symptômes qui diffèrent d’un chien à l’autre. En effet, tous ne sont pas atteints de la même manière selon leur race, leur âge et leur état de santé initial. Si la maladie peut être bien soignée, elle peut également s’avérer mortelle. Symptômes, risques, diagnostic, traitement, prévention… découvrez les caractéristiques de cette affection souvent méconnue dans ce dossier complet.

Qu’est-ce que l’ehrlichiose ?

L’ehrlichiose est une maladie infectieuse encore peu connue qui est transmise au chien par les tiques brunes de l’espère Rhipicephalus sanguineus. Lorsque les tiques infestées par la bactérie Ehrlichia canis mordent un chien pour se nourrir de son sang, cette bactérie passe dans le sang de l’animal et provoque une infection. On parle de bactérie rickettsie, c’est à dire un parasite vivant qui évolue dans l’organisme d’un hôte qu’elle utilise pour se déplacer. Cette tique contagieuse est la deuxième espèce la plus fréquente à travers le monde. Toutefois, elle préfère les endroits chauds, raison pour laquelle, en France, on la rencontre essentiellement dans la moitié sud du pays.

L’ehrlichiose se guérit bien, et parfois même seule chez des toutous jeunes et en bonne santé, mais il est fortement recommandé de consulter le vétérinaire afin de mettre en place un traitement, car faute de soins appropriés, elle demeure mortelle dans près de 30 % des cas.

Quels sont les signes cliniques de la maladie chez le chien ?

L’ehrlichiose est une maladie infectieuse qui peut entraîner un large panel de symptômes. Ceux-ci varient selon la race du chien (certaines étant plus sensibles à l’infection que d’autres), son état de santé, la robustesse de son système immunitaire, mais aussi la virulence de la bactérie transmise par la tique. Malheureusement, en l’absence de signes cliniques clairs, la maladie est difficile à identifier et nécessite des examens approfondis pour être diagnostiquée.

Les symptômes peuvent être observés de manière plus ou moins visible au travers de plusieurs étapes.

La phase aiguë

La phase aiguë apparait après une période d’incubation de 8 à 20 jours (la période d’incubation est le temps qui s’écoule entre la contamination par la bactérie et l’apparition des premiers symptômes). Elle passe souvent inaperçue, car les symptômes peuvent être légers, et elle ne dure pas plus d’un mois.

Pendant cette première phase, on peut observer les signes cliniques suivants :

  • 10 jours après l’infection par la bactérie en moyenne, le chien peut développer une très forte fièvre (39 à 41°C).
  • Le chien est généralement fatigué, quelque peu abattu, il manque d’entrain.
  • Il perd l’appétit et il peut perdre du poids.
  • Certains chiens présentent un écoulement de mucus teinté de sang par les yeux et le nez, mais cela reste rare.

La phase subclinique ou de latence

Cette phase, qui dure deux à trois mois, peut évoluer de deux manières :

  • Si le chien est en bonne santé, les symptômes de la première phase s’estompent et la maladie évolue sous une forme chronique, même sans la mise en place d’un traitement adapté.
  • Si le chien est déjà affaibli, les symptômes de la première phase s’aggravent. L’animal peut perdre la vue et souffrir de plusieurs hémorragies internes qui entrainent son décès.

La phase chronique

Cette phase finale survient entre deux et quatre mois après l’infection. Là aussi, on constate deux évolutions possibles :

  • Certains chiens en bonne santé ne présentent plus aucun symptôme de la maladie et deviennent, de ce fait, porteurs sains de la bactérie E.canis. Toutefois, une crise peut survenir à tout moment.
  • Chez d’autres chiens, cette phase peut voir l’apparition d’autres symptômes, comme des boiteries, des gonflements au niveau du scrotum et des articulations, du sang dans les urines, des vomissements, des diarrhées, des hématomes sur le ventre du chien, des points de sang sur ses muqueuses, des atteintes neurologiques, etc.

Lorsque cette phase est atteinte chez le chien fragile, les analyses sanguines révèlent une importante chute des globules rouges, des globules blancs et des plaquettes. On note également une insuffisante rénale et hépatique.

Il est à noter que le Berger allemand est une race particulièrement sensible à l’ehrlichiose. Celle-ci adopte très vite une forme grave, même chez un chien en bonne santé, et entraine une incapacité à fabriquer des cellules sanguines. Cette complication irréversible est malheureusement fréquemment mortelle.

Comment soigner l’ehrlichiose canine ?

L’ehrlichiose peut être soignée à l’aide de traitements antibiotiques. Toutefois, pour espérer une guérison, il est préférable d’intervenir lors de la phase aiguë, raison pour laquelle il est indispensable de consulter le vétérinaire au plus tôt, dès l’apparition des premiers symptômes.

Si le chien est affaibli ou si le traitement n’est entrepris qu’en phase chronique, des traitements destinés à soutenir les fonctions vitales du chien sont généralement administrés.

Dans tous les cas, le traitement de l’ehrlichiose est long et doit être scrupuleusement respecté pour bien éliminer la bactérie de l’organisme du chien.

Est-il possible de prévenir la pathologie ?

Il n’existe à ce jour aucun vaccin contre l’ehrlichiose, mais il est possible de prévenir la maladie en administrant des antiparasitaires efficaces à votre chien afin d’éviter les morsures de tiques. Il est conseillé d’acheter les produits antipuces et anti-tiques chez le vétérinaire, car ce sont les plus adaptés au profil de votre chien. Administrez-les avec régularité pour une protection efficace, à raison d’une dose toutes les quatre semaines.

En parallèle, surveillez régulièrement le pelage de votre chien idéalement après chaque promenade dans la nature. Si vous notez la présence d’une tique, retirez-la au plus tôt avec un tire-tique et désinfectez la zone de la morsure.

 
 

Comparateur Assurance Animaux
En moins de 3 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience !

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : HbCiXU

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers