Vous êtes ici : Guide de l'assurance pour animaux de compagnie > Assurance Chien > Les maladies du chien > La leishmaniose du chien : symptômes, traitement et prévention

La leishmaniose du chien : symptômes, traitement et prévention

La leishmaniose du chien : symptômes, traitement et prévention

La leishmaniose est une maladie canine chronique qui est transmise à l’animal par un insecte piqueur. Cette piqûre lui transmet un parasite qui se répand dans son organisme et qui entraîne tout un panel de symptômes. En outre, cette pathologie peut infecter d’autres animaux, mais aussi l’homme, et être mortelle chez les individus les plus affaiblis. Découvrez les caractéristiques de la maladie, ses symptômes, ses traitements et les modes de prévention à mettre en place.

Qu’est-ce que la leishmaniose du chien ?

La leishmaniose est une affection parasitaire chronique transmise par un insecte piqueur, le phlébotome, qui présente l’aspect d’un moucheron bossu et de couleur jaunâtre. Cette maladie est méconnue, mais très grave et elle peut affecter plusieurs espèces comme le chien, le chat, le renard, le lapin, mais aussi l’homme. Cet insecte piqueur apparenté au moustique est particulièrement présent dans le sud de la France et dans toutes les zones qui ceinturent la Méditerranée. Il – ou plutôt elle, car c’est la femelle qui pique et transmet la pathologie – se met à piquer entre les mois d’avril et d’octobre, en fin de journée et en début de nuit, et se nourrit du sang de ses victimes tout en leur injectant la maladie.

L’insecte a tendance à piquer le chien sur les pattes, sur les oreilles ou le museau, autrement dit les extrémités. Il dissémine ainsi le parasite microscopique, nommé leishmanie, dans les cellules de l’organisme du chien. Tous les chiens ne manifestent pas de signes de la maladie, mais comme elle s’attaque au système immunitaire, les plus jeunes, les plus âgés et les plus faibles en sont les principales victimes.

Certes, la contamination directe par l’insecte est la plus répandue, mais les chiens peuvent se transmettre la maladie entre eux, ou même une mère à ses petits pendant la gestation. Or, il faut savoir que la pathologie peut être fatale pour tout animal, comme pour l’homme, en l’absence de soins.

Quels sont les symptômes de la pathologie ?

Selon l’individu et sa fragilité, les symptômes de la maladie sont variés. Voici les principaux :

  • Des lésions cutanées qui peuvent présenter des ulcères au niveau des yeux et du nez de l’animal ;
  • Une dermatite, qui est un assèchement de l’épiderme ;
  • Une dépilation, c’est-à-dire une perte de poils par zones ;
  • La formation de croûtes et de pellicules ;
  • Une perte de poids progressive, sans que l’animal ne voie son appétit réduit ;
  • Des saignements de nez ;
  • Un sentiment de fatigue générale ;
  • De la fièvre ;
  • Une poussée excessive de ses griffes ;
  • Des ganglions ;
  • Le gonflement de certains organes, comme la rate et le foie ;
  • Une insuffisance rénale, souvent grave et irréversible ;
  • Une inflammation oculaire, ce qui peut provoquer des conjonctivites à répétition ;
  • Une boiterie ;
  • Une détérioration de l’état général du chien.

Tous les chiens piqués par cet insecte ne contractent pas la maladie. Par ailleurs, l’incubation peut prendre plusieurs mois chez des individus sains, voire plusieurs années, ce qui permet au parasite de s’étendre dans l’organisme en toute tranquillité.

Quoi qu’il en soit, au moindre doute, ou dès l’apparition des premiers signes, il est recommandé de consulter le vétérinaire en urgence, car la maladie peut être fatale. La mise en place d’un traitement adapté à la suite d’un diagnostic précoce est le meilleur moyen de préserver la santé de votre toutou.

Le diagnostic de la leishmaniose du chien

Le vétérinaire commence systématiquement la consultation par un examen global de l’état de santé du chien. S’il suspecte la leishmaniose canine, il devra effectuer plusieurs examens cliniques pour confirmer le diagnostic, comme une prise de sang et un prélèvement de moelle osseuse par biopsie.

Selon le résultat des analyses et selon le stade de progression de la pathologie, il vous proposera éventuellement de mettre en place un traitement adapté.

Comment soigner la leishmaniose canine ?

Malheureusement, il n’existe pas à ce jour de traitement qui permette de soigner la leishmaniose du chien, qui demeure incurable. Il n’est en effet pas possible d’éliminer tous les parasites qui se sont développés dans son organisme. En revanche, il est possible de réduire les symptômes de la pathologie au moyen de traitements par injection couplés à une médication par voie orale. En effet, la maladie, même si elle peut se réguler, est chronique et entraîne donc des rechutes fréquentes, plus ou moins régulières.

Il faut savoir que les différents traitements, administrés plusieurs fois au cours de la vie du chien, sont longs, lourds et coûteux. En parallèle, votre vétérinaire vous recommandera un suivi clinique régulier destiné à surveiller l’évolution de la pathologie et l’expansion du parasite dans l’organisme du chien.

Malheureusement, de nombreux chiens décèdent des suites de cette contamination, malgré la mise en place d’un traitement. En effet, les animaux les plus fragilisés et vulnérables ou ceux qui n’ont pas bénéficié d’une prise en charge rapide ont tendance à contracter une insuffisance rénale sévère et une atteinte trop importante des organes internes.

En conséquence, pour éviter à la maladie de prendre le pas sur la santé de votre petit compagnon, une prévention adaptée est indispensable.

Est-il possible de prévenir la leishmaniose ?

La seule prévention médicale existante contre la leishmaniose canine est la vaccination. Il existe en effet un vaccin, qui peut être administré sur un chien de plus de 6 mois, qui vit dans une zone à risque ou qui effectue des séjours réguliers dans l’une d’elles, et ce au moins 28 jours avant son départ.

Le vaccin n’empêche pas l’infection par le parasite, mais elle freine son action dans l’organisme du chien et elle réduit le risque de déclenchement de la pathologie en cas d’infection.

Le vaccin consiste en une à trois injections la première année, puis un rappel annuel. Deux formules peuvent être administrées.

En revanche, ce vaccin ne permet pas de protéger entièrement l’animal contre l’attaque du parasite dans son organisme et il est donc important de le compléter par la mise en place de mesures préventives.

Ainsi, il est recommandé de pratiquer les bons gestes de prévention lorsque vous vous situez dans une région où l’insecte sévit :

  • Appliquez des produits répulsifs pour protéger votre animal. N’achetez vos produits que chez votre vétérinaire ou en animalerie, car ceux vendus en grande surface sont inefficaces ou trop agressifs. Privilégiez les insecticides ou antimoustiques naturels et demandez conseil à votre vétérinaire pour leur application.
  • Ne sortez pas votre chien le soir et la nuit, qui sont les périodes pendant lesquelles les phlébotomes piquent.
  • Évitez également tous les lieux humides, la proximité de sources d’eau stagnante ainsi que les murs en pierres sèches dans lesquels les phlébotomes ont tendance à trouver refuge.
  • Protégez vos fenêtres et portes de maison à l’aide de moustiquaires.

Respectez ces consignes pendant toute la période d’activité des phlébotomes et traitez votre animal, qu’il soit sain dans une zone à risque ou infecté, malade ou porteur sain, pour limiter l’action des insectes et parasites.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Comparateur Assurance Animaux
En moins de 3 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience !

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : F2bt3f

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers