Vous êtes ici : Guide de l'assurance pour animaux de compagnie > Assurance Chien > Les maladies du chien > La piroplasmose chez le chien : symptômes, traitement et prévention

La piroplasmose chez le chien : symptômes, traitement et prévention

La piroplasmose chez le chien : symptômes, traitement et prévention

La piroplasmose est une grave maladie provoquée par la morsure d’une tique elle-même porteuse d’une bactérie. En pénétrant l’organisme du chien, cette dernière détruit ses globules rouges. Sans une prise en charge rapide, l’animal peut perdre la vie. Il existe un traitement efficace, mais les séquelles peuvent être toutefois importantes. Découvrez cette maladie et ses caractéristiques dans ce dossier.

Qu’est-ce que la piroplasmose chez le chien ?

La piroplasmose est une maladie grave provoquée par la morsure de certaines tiques. Lorsqu’une tique femelle elle-même porteuse d’un parasite, le protozoaire Babesia canis, s’accroche au pelage d’un chien et lui mord l’épiderme pour se nourrir de son sang, elle lui transmet la maladie par le biais de sa salive contaminée alors reliée à un vaisseau sanguin dans lequel elle puise son repas. Or, les tiques sont présentes presque partout lors des promenades puisqu’elles attendent patiemment dans les haies, l’herbe, les broussailles et les arbres qu’un hôte passe à leur portée.

Lorsque la bactérie pénètre dans l’organisme du chien, elle se répand dans son sang et détruit ses globules rouges. Sans une prise en charge rapide, l’infection peut être rapidement fatale. Il est possible de traiter la maladie, mais elle laisse bien souvent des séquelles non négligeables.

Quels sont les symptômes de la maladie de la piroplasmose ?

Lorsque le chien est atteint de piroplasmose, il manifeste plusieurs symptômes graduels.

  • Dans un premier temps, l’animal est fatigué, abattu. Il peut présenter une forte fièvre et perdre l’appétit.
  • Il est fréquent que le chien souffre de vomissements, puisque le foie est impacté, et parfois de diarrhées.
  • En raison d’une sévère anémie, les muqueuses de l’animal sont pâles au niveau des babines et du blanc de l’œil, en raison de la diminution des globules rouges dans son organisme.
  • Par ailleurs, ses urines se teintent d’une coloration anormalement orange, puis marron clair et enfin brune à noire. Cette coloration s’explique par le fait que les reins du chien filtrent les globules rouges détruits par la présence de la bactérie dans son organisme.
  • S’ensuit une grave atteinte rénale qui conduit très vite au décès du chien s’il n’est pas pris en charge à temps.

Si l’animal n’est pas vu par un vétérinaire en urgence, il peut perdre la vie en moins de 48 heures. S’il est soigné à temps, le chien a 100 % de chances de s’en remettre, mais l’atteinte du foie le fragilise à vie. En conséquence, toute nouvelle infection par une tique entrainant une piroplasmose sera de plus en plus difficile à guérir, jusqu’à conduire au décès inévitable de l’animal.

Comment soigner la piroplasmose du chien ?

Il est rare que la maladie soit diagnostiquée dès l’apparition des premiers symptômes, car ceux-ci sont communs à d’autres affections. En outre, la tique responsable de la piroplasmose peut être tombée ou ne pas avoir été détectée dans le poil du chien. Il est recommandé de consulter rapidement, car n’importe lequel de ces symptômes est anormal et doit vous alerter.

Le vétérinaire sera le seul capable d’établir le bon diagnostic. Pour cela, il examine l’état général du chien, il peut chercher le parasite responsable dans son pelage. S’il suspecte la piroplasmose, le praticien effectue un prélèvement sanguin qu’il analyse au microscope. S’il s’avère positif, il devra mettre en place un traitement adapté au plus vite.

Lorsque la maladie est détectée et prise en charge de manière précoce, le vétérinaire administre plusieurs injections de traitement au chien afin d’éliminer le parasite présent dans son organisme et responsable de la maladie. Généralement, le succès est garanti. Il est toutefois réservé lorsque la pathologie a atteint un stade avancé.

Toutefois, il est à noter que la présence du parasite et la destruction des globules entrainent une atteinte du foie et des reins de l’animal. Ces organes peuvent être fragilisés et présenter des séquelles irréversibles malgré la guérison de la maladie. Plus le traitement est tardif, plus les complications hépatiques et rénales seront sévères. Toutefois, si la maladie a tout de même eu le temps de progresser, il sera probablement nécessaire d’hospitaliser le chien pour le placer sous perfusion afin de le réhydrater et de le transfuser pour compenser le manque de globules rouges. En somme, plus la prise en charge est tardive, plus les soins seront longs et plus le pronostic sera réservé.

Comment prévenir la pathologie ?

La maladie n’est véritablement inoculée par la tique que 48 à 72 heures après sa morsure. Il est donc indispensable de surveiller très régulièrement le pelage de votre animal. Idéalement, une vérification devrait être faite après chaque promenade, notamment en forêt, dans les champs ou dans les hautes herbes, là où se nichent les tiques. Dès que vous constatez la présence d’une tique, retirez-la aussitôt avec un tire-tique (jamais avec une pince à épiler !) et désinfectez bien la zone de la morsure.

En plus de ce contrôle préventif régulier, sachez qu’il existe un vaccin contre la piroplasmose. Il peut être pratiqué sur les jeunes chiots âgés de 8 à 10 semaines à raison de deux injections espacées de trois semaines, puis d’un rappel annuel. Il faut savoir que la vaccination n’est pas efficace à 100 %, mais elle réduit fortement les risques. Idéalement, pour qu’elle soit aussitôt utile, il est conseillé de l’effectuer avant la saison des tiques, c’est-à-dire avant le début du printemps.

Enfin, pensez à administrer régulièrement un antiparasitaire à votre chien. Pour qu’il soit efficace, achetez un produit chez le vétérinaire adapté à la taille et au poids de votre toutou. Pipette, spray, collier… les antiparasitaires sont nombreux et doivent être bien appliqués entre mars et novembre, qui est la période à risque.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Comparateur Assurance Animaux
En moins de 3 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience !

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : hr5uBC

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers